AUTO ECOLE SARCELLES
+
Menu
Close

MAJP

L’équipe du Centre de formation MAJP
( Mon apprentissage Jeune Permis)

 

Majp vous souhaite la bienvenue

Ce que nous faisons
Nous assurons les formations théoriques et pratiques et le cas échéant les présentations aux examens des permis B, A, A2, A1, BSR ou AM, des accès aux 2 roues par équivalence du permis B.
Les formations aux permis B, A, A2 et A1 peuvent se faire soit de manière traditionnelle, soit de manière accélérée.
En traditionnel, la formation pratique est de 3 à 4h par semaine, en accélérée vous pouvez conduire tous les jours.
Les formations de 7h se font sur 1 journée ou 2 demi journée.

Notre philosophie et nos objectifs
Répondre à vos attentes en vous proposant une formation régulière, rapide et au meilleur prix.
Vous proposez une formation qui s’inscrit dans une démarche qualitative et d’efficacité en vous apportant les éléments dont vous avez besoin à court, moyen et long terme pour votre vie de conducteur dans les meilleures dispositions humaines, matérielles et techniques possibles.
Former des conducteurs sûrs et autonomes.

Des tarifs sur mesure et des prix bas tout au long de votre formation
Facile, adaptable et personnalisé. Vous devez d’abord choisir une formule et un mode de règlement. Ensuite, il suffit d’intégrer l’ensemble des prestations nécessaires à votre formation. Vous créez ainsi votre forfait. Ce procédé vous permet de bénéficier des meilleurs prix tout au long de votre formation et vous n’êtes donc pas sujet à des tarifs au prix unitaire.

Une formation structurée et respectueuse de la réglementation
Un apprentissage sécurisé et progressif vous attend suite à un entretien en agence et, si nécessaire, une évaluation de conduite préalable permettant d’estimer vos besoins en formation. Par la suite nous traçons avec vous un plan de formation personnalisé que vous pouvez agrémenter de différentes options comme notamment une formation accélérée ou une formation au code par internet,…. Les formations dispensées dans l’établissement sont conformes au référentiel pour l’éducation à une mobilité citoyenne.

Une équipe à votre service
4 enseignants diplômés s’adaptant à vos besoins et travaillant à temps plein s’occupent d’assurer les formations. Un secrétariat ouvert tous les jours de la semaine de 10h à 20h et le dimanche de 12h à 14h à 16h vous permet de gérer le déroulement de votre formation.

Avant de débuter la formation
Les choix que vous devez faire face à votre apprentissage de la conduite ne sont pas à faire à la « va vite » car ils vous engagent financièrement de manière importante et contribuent à la bonne réussite de vos objectifs. Comme il faudra le faire en conduisant, prenez le temps de réfléchir d’abord et d’agir ensuite.

Passez en agence
Dans les horaires de bureau pour retirer une brochure, pour poser des questions et vous renseigner sur le permis et la formation que vous souhaitez effectuer. Puis réserver une heure d’évaluation si la réglementation le prévoit. Il faudra alors la régler le jour de sa réservation, puis un rendez-vous sera fixé en fonction de nos disponibilités communes.

L’évaluation
est dispensée par un enseignant diplômé et vise à estimer vos besoins en formation en tenant compte de votre niveau de départ et de vos aptitudes face à l’activité. Cette évaluation comprend un test de la vue, une partie orale de questionnement et une partie de conduite effective même si vous n’avez jamais conduis puis un bilan personnalisé. Cette étape est capitale car elle vous permettra de vous situer par rapport à la formation et à mieux appréhender avant ou pendant la formation les choix que vous devrez faire sur les filières, les rythmes, le financement, etc…Les enseignants s’appuient sur leurs expériences et leurs connaissances pour apprécier le plus précisément et les plus objectivement possibles le nombre d’heures de formation pratique nécessaire à votre formation. Ce résultat n’est pas définitif et reste révisable tout au long de la formation en fonction de votre progression. Ouf…

Après cette évaluation, un ou plusieurs devis
vous seront remis. A partir de ce moment vous pouvez officiellement vous inscrire à l’auto-école. Même si cette phase préliminaire peut paraitre un peu longue et pour certain même inutile, elle est imposée par la réglementation et elle vous permettra de prendre des décisions en connaissance de cause. Elle sera aussi l’occasion d’un premier contact qui ne vous engage en rien si vous décidez de ne pas donner suite.

Une fois que vos choix sont arrêtés
il ne vous reste plus qu’à vous inscrire en apportant les documents nécessaires aux formalités administratives et à effectuer le 1er paiement de votre formation. Ce même jour, comme la réglementation le prévoit encore !!!, il faudra conclure un contrat de formation conforme. Lorsque l’élève est mineur, ce contrat doit également porter la signature du représentant légal. Un dossier d’inscription vous sera remis, vous n’aurez plus qu’à le remplir chez vous et le ramener à l’agence une fois qu’il sera complété.

Ca y est les formalités sont terminées, vous pouvez commencer votre formation. Reportez-vous aux différentes sections pour en savoir plus sur les spécificités de la formation qui vous intéresse.
Bonne route à tous !!!

Démarche

Avant de débuter la formation
Les choix que vous devez faire face à votre apprentissage de la conduite ne sont pas à faire à la « va vite » car ils vous engagent financièrement de manière importante et contribuent à la bonne réussite de vos objectifs. Comme il faudra le faire en conduisant, prenez le temps de réfléchir d’abord et d’agir ensuite.

Passez en agence
dans les horaires de bureau pour retirer une brochure, pour poser des questions et vous renseigner sur le permis et la formation que vous souhaitez effectuer. Puis réserver une heure d’évaluation si la réglementation le prévoit. Il faudra alors la régler le jour de sa réservation, puis un rendez-vous sera fixé en fonction de nos disponibilités communes.

L’évaluation
est dispensée par un enseignant diplômé et vise à estimer vos besoins en formation en tenant compte de votre niveau de départ et de vos aptitudes face à l’activité. Cette évaluation comprend un test de la vue, une partie orale de questionnement et une partie de conduite effective même si vous n’avez jamais conduis puis un bilan personnalisé. Cette étape est capitale car elle vous permettra de vous situer par rapport à la formation et à mieux appréhender avant ou pendant la formation les choix que vous devrez faire sur les filières, les rythmes, le financement, etc…Les enseignants s’appuient sur leurs expériences et leurs connaissances pour apprécier le plus précisément et les plus objectivement possibles le nombre d’heures de formation pratique nécessaire à votre formation. Ce résultat n’est pas définitif et reste révisable tout au long de la formation en fonction de votre progression. Ouf…

Après cette évaluation, un ou plusieurs devis
vous seront remis. A partir de ce moment vous pouvez officiellement vous inscrire à l’auto-école. Même si cette phase préliminaire peut paraitre un peu longue et pour certain même inutile, elle est imposée par la réglementation et elle vous permettra de prendre des décisions en connaissance de cause. Elle sera aussi l’occasion d’un premier contact qui ne vous engage en rien si vous décidez de ne pas donner suite.

Une fois que vos choix sont arrêtés
il ne vous reste plus qu’à vous inscrire en apportant les documents nécessaires aux formalités administratives et à effectuer le 1er paiement de votre formation. Ce même jour, comme la réglementation le prévoit encore !!!, il faudra conclure un contrat de formation conforme. Lorsque l’élève est mineur, ce contrat doit également porter la signature du représentant légal. Un dossier d’inscription vous sera remis, vous n’aurez plus qu’à le remplir chez vous et le ramener à l’agence une fois qu’il sera complété.

Ca y est les formalités sont terminées, vous pouvez commencer votre formation. Reportez-vous aux différentes sections pour en savoir plus sur les spécificités de la formation qui vous intéresse.
Bonne route à tous !!!

Formations:

formation accélérée

Notre expérience de cette formation

La formation accélérée est une de nos spécialités. Depuis 2008, plus de 300 candidats ont déjà obtenu leur permis de conduire sous ce principe de formation.

Comment cela se passe-t-il ?

Cette formation nécessite beaucoup d’organisation préalable et se fait sur réservation. Organisez-vous au moins 1 mois à l’avance.

Vous êtes en formation accélérée à partir du moment où le volume de formation pratique est supérieur à 4h par semaine. Vous pouvez augmenter ces volumes de formation jusqu’à plusieurs heures par jour dans la limite de la réglementation prévue à cet effet.

Même si cette formation est rapide, le programme, les contenus et les niveaux d’exigences ne diffèrent pas des formations traditionnelles.

Après avoir effectué votre évaluation, nous pouvons planifier votre formation en fonction d’une session d’examen, des volumes évalués et de vos disponibilités.

Il est donc possible d’obtenir son permis de conduire en moins de 3 semaines.

Formations traditionnelles

Comment cela se passe-t-il ?

La formation au code se fait sans rendez-vous dans les horaires d’ouverture de l’agence. Nous vous conseillons au moins 6h de formation par semaine pour pouvoir vous présenter à l’examen de code dans les 2 mois suivant le début de votre formation.

Pour la pratique, nous vous déconseillons de vous former moins de 3h par semaine car cela réduit la vitesse d’apprentissage et par conséquent augmente les volumes de formation. Vous pouvez aussi optimiser votre formation en faisant 4h par semaine.

La durée cette formation s’échelonne entre 2 et 8 mois sauf pour la filière d’apprentissage anticipé de la conduite qui nécessite au moins 1 an de conduite accompagnée.

Formations théoriques

Elle prend une forme générale au travers du programme national de formation à la conduite et spécifique en cas de formation pratique. Vous retrouverez sur le site au travers chacune des catégories de permis le programme national qui s’y rattache. Les formations théoriques et pratiques s’entremêlent pour former un tout.

La formation théorique générale
Les candidats ont souvent tendance à restreindre la partie théorique à la formation et à l’obtention du code de la route. Ce n’est qu’une sous partie du programme même si elle est très importante. Par exemple, ce n’est pas parce qu’on a obtenu son examen de code que le candidat l’utilise à bon escient lorsqu’il conduit.
La partie générale peut donc faire l’objet d’un examen, auquel cas, le candidat doit d’abord passer une épreuve théorique générale, le « code » avant de pouvoir présenter une épreuve pratique.
Le jour de l’épreuve, il faut se munir d’une pièce d’identité en cours de validité ou périmée depuis moins de 2 ans.

Après obtention du code, le candidat doit, dans un délai maximum de 3 ans à compter de la date d’obtention de cette admissibilité, passer l’examen pratique de conduite.
Durant ces 3 ans, il a droit à 5 présentations maximum pour réussir l’épreuve pratique.
Le bénéfice de l’admissibilité de l’épreuve théorique reste acquis en cas de changement, soit de filière de formation, soit de catégorie ou de sous-catégorie du permis de conduire.

Dispenses d’examen
Les élèves souhaitant acquérir le BSR ou valider les équivalences du permis B suite à une formation en auto-école sont dispensés de cette épreuve.
Si le candidat est déjà titulaire d’un autre permis de conduire, comprenant épreuve théorique et pratique, établi depuis moins de 5 ans, il ne passe que l’épreuve de conduite de la nouvelle catégorie.

La formation théorique spécifique
Elle fait partie intégrante de la pratique et du programme spécifique qui s’y rattache. Elle s’oriente directement vers le véhicule que vous souhaitez conduire et elle fera l’objet de cours animés par un enseignant de la catégorie de permis souhaitée. Le nombre de cours à effectuer dépend de votre niveau de départ. Ils permettent d’apprendre et de comprendre le système dans lequel vous allez vous intégrer. Des bases théoriques solides sont fondamentales pour une mise en œuvre plus rapide et pour construire votre avenir de futur conducteur dans les meilleures conditions.

Formation pratique

Pièces à fournir
une pièce prouvant votre identité,
une copie de votre permis si vous en possédez un,
4 photos d’identité récentes et conformes aux normes,
si vous êtes français et âgé de moins de 25 ans, la copie du certificat individuel de participation à la journée défense et citoyenneté (JDC ou JAPD) ou de l’attestation provisoire en instance de convocation ou de l’attestation d’exemption,
si vous êtes étranger, une preuve de votre présence en France depuis au moins 6 mois (par exemple : feuille de paie, quittance de loyer…).

Apprendre à conduire une voiture

Vous pouvez le faire selon l’un des modes suivants :
L’apprentissage anticipé de la conduite
L’apprentissage avec conduite supervisée
L’apprentissage tout Auto-école

Chacune des filières d’apprentissage implique des conditions et des obligations différentes.
Elles comportent toute la même phase de formation initiale dispensée par l’établissement d’enseignement agréé. Cette phase implique une formation théorique et pratique qui répondent aux exigences de la réglementation du programme national de la formation à la conduite automobile.
Dans la filière « tout auto-école », la mise à niveau du candidat face à une conduite globale et face à l’examen ne se font qu’avec l’établissement. L’acquisition de l’examen théorique général « le code » est obligatoire pour se présenter à l’épreuve pratique et pour débuter les phases de conduite avec accompagnateurs.
Pour les autres filières AAC et supervisée, la mise à niveau se fait hors de l’établissement avec des accompagnateurs, sur leur véhicule, sur les voies ouvertes à la circulation et sur le territoire national. Elles sont suivies par l’établissement à l’aide de rendez-vous pédagogiques. Ces filières nécessitent plus de temps mais permettent un accès plus progressif à la conduite. Vous trouverez plus de renseignements sur chacune d’entre-elles dans les parties qui leur sont dédiées.

L’apprentissage tout auto-école

Il est ouvert aux personnes âgées de dix-sept ans minimum. On l’appelle aussi formation traditionnelle. Si vous ne disposez pas de personnes dans votre entourage proche ayant plus de 5 ans de permis sans interruption et pouvant vous faire conduire de manière régulière alors en effet vous ferez comme 70 % des candidats au permis de conduire, vous ferez une formation tout auto-école.

La phase de formation initiale
Elle est composée d’une partie théorique et d’une partie pratique qui est organisée en alternance par l’établissement. Elle vise à atteindre les objectifs définis dans le livret d’apprentissage, conformes au programme national de formation à la conduite approuvé par arrêté du ministre chargé des transports.
La partie théorique comprend des séquences portant sur les objectifs et contenus théoriques de la formation, animées par un enseignant de la conduite titulaire d’une autorisation d’enseigner en cours de validité, complétées par des séquences de tests et entraînements à l’épreuve théorique générale du permis de conduire.
La partie pratique comprend un volume minimum de vingt heures de formation, dont au moins quinze heures sur les voies ouvertes à la circulation.

Pour se présenter à l’examen pratique, l’élève doit :
Avoir réussi l’épreuve théorique générale du permis de conduire ou détenir une catégorie de permis de conduire depuis cinq ans au plus
Avoir acquis le niveau minimum requis à l’examen du permis de conduire.
A cet effet en fin de formation initiale, l’enseignant procède à une évaluation globale des compétences acquises. Ce bilan prend la forme d’un examen blanc ou d’un bilan pédagogique. Il vous permettra avec l’aide d’un enseignant de comprendre, de planifier la fin de la formation et une date définitive de passage à l’examen si cela n’a pas déjà été fait.

La difficulté de cet apprentissage
Il réside dans le fait que vous ne cumuler pas d’expériences autres que celles que vous vivez en leçon avec vos enseignants. Rien de tel que de se confronter seul à la réalité pour bien comprendre, mieux anticiper et apprendre à mettre en place des solutions adaptées pour garder le contrôle des situations. Mais cette filière d’apprentissage ne vous le permet pas, c’est pourquoi la plupart des candidats vont avoir besoin de cumuler un certain nombre d’heures de formation après avoir terminé le programme pour réussir à acquérir le niveau du permis de conduire et pour se sentir dans de bonnes dispositions pour accéder à la route. Voici un petit comparatif pour mieux comprendre.

Comparatif de 3 formations
Un candidat parcours en moyenne 25 km par heure de formation.
Formation traditionnelle de 30h de formation exclusivement en auto-école
25km x 30h = 750 km au total
Conduite supervisée précédée de 25h de formation en auto-école
25km x 25h = 625 km + 1000km en conduite supervisée = 1625 km au total
Conduite accompagnée précédée de 20h de formation en auto-école
25km x 20h = 500 km + 3000km en conduite accompagnée = 3500 km au total

Voilà pourquoi la moyenne des heures de formation ne signifie absolument rien tant qu’elle n’est pas ramenée à la filière de formation, au profil initial du candidat et à sa capacité à progresser. C’est pourquoi toute formation à la conduite automobile doit être précédée d’une évaluation préalable.

L’apprentissage anticipé de la conduite
AAC dès 16 ans

Il est ouvert aux personnes âgées de seize ans minimum. Il s’agit d’un apprentissage fondé sur une acquisition, progressive et étalée dans le temps, des compétences indispensables à une conduite sûre et responsable d’un véhicule de la catégorie B dans des situations de circulation les plus variées possibles. Préalablement, l’élève doit avoir obtenu l’accord préalable de la société d’assurance.

Cet apprentissage se déroule en deux phases :
― une première phase de formation initiale, dispensée par l’établissement d’enseignement agréé
― une seconde phase de conduite accompagnée.

La première phase de formation initiale
Elle est composée d’une partie théorique et d’une partie pratique pouvant être organisées en alternance par l’établissement d’enseignement à la conduite. Elle vise à atteindre les objectifs définis dans le livret d’apprentissage, conformes au programme national de formation à la conduite approuvé par arrêté du ministre chargé des transports.
La partie théorique comprend des séquences portant sur les objectifs et contenus théoriques de la formation, animées par un enseignant de la conduite titulaire d’une autorisation d’enseigner en cours de validité, complétées par des séquences de tests et entraînements à l’épreuve théorique générale du permis de conduire.
La partie pratique comprend un volume minimum de vingt heures de formation, dont au moins quinze heures sur les voies ouvertes à la circulation.
En fin de formation initiale, l’enseignant procède à une évaluation des compétences acquises.

Pour accéder à la phase de conduite accompagnée, l’élève doit :
Avoir réussi l’épreuve théorique générale du permis de conduire ou détenir une catégorie de permis de conduire depuis cinq ans au plus
Avoir réussi l’évaluation de la formation initiale organisée par l’enseignant.
Lorsque ces deux conditions sont remplies, l’établissement d’enseignement délivre à l’élève l’attestation de fin de formation initiale prévue dans le livret d’apprentissage. Un exemplaire de cette attestation est transmis, dès sa délivrance, à la société d’assurances par le souscripteur du contrat de formation
Avoir obtenu l’accord préalable de la société d’assurance

La phase de conduite accompagnée de 1 à 3 ans
Elle débute par la participation à un rendez-vous préalable d’une durée minimum de deux heures avec au moins un accompagnateur, organisé à la suite de l’évaluation de la formation initiale, sous la forme d’une séquence de conduite sur le véhicule de l’établissement. Au cours de ce rendez-vous, l’accompagnateur assis à l’arrière du véhicule bénéficie des conseils de l’enseignant. Un guide comportant les informations utiles pour un déroulement efficace de la conduite accompagnée est remis à l’accompagnateur.
La phase de conduite accompagnée a une durée minimale d’un an. L’élève et son ou ses accompagnateurs doivent parcourir une distance minimale de trois mille kilomètres sur le réseau routier et autoroutier du territoire national, à différents moments du jour et de la nuit, et dans diverses conditions météorologiques.
L’accompagnateur, assis à l’avant du véhicule, à côté de l’élève, doit être titulaire de la catégorie B du permis de conduire depuis au moins cinq ans sans interruption à la date de la signature du contrat de formation de l’élève.
Le véhicule utilisé, à boîte de vitesses manuelle ou automatique, peut être attelé d’une remorque dès lors que l’ensemble formé par le véhicule tracteur et la remorque ne relève pas de la catégorie E (B). Un signe distinctif autocollant ou magnétisé conforme au modèle annexé au présent arrêté doit être apposé à l’arrière gauche du véhicule et sur la remorque, le cas échéant.

Au cours de cette phase d’acquisition d’expérience de la conduite, l’élève doit :
Respecter les limitations de vitesse concernant « les jeunes conducteurs »
Participer à au moins deux rendez-vous pédagogiques d’une durée de trois heures chacun. Ces rendez-vous comportent une partie pratique et une partie théorique. La présence d’au moins un des accompagnateurs de l’élève est obligatoire à chaque rendez-vous.
La partie pratique d’un rendez-vous pédagogique est d’une durée d’une heure de conduite en circulation sur le véhicule de l’établissement, l’accompagnateur étant assis à l’arrière du véhicule. Elle a pour but de mesurer les progrès réalisés par l’élève et d’apporter les conseils nécessaires pour poursuivre la conduite accompagnée dans de bonnes conditions.

La partie théorique est d’une durée de deux heures. Elle peut être organisée sous forme d’animation regroupant plusieurs élèves et leurs accompagnateurs. Elle porte sur les expériences vécues pendant la conduite accompagnée et sur les thèmes de sécurité routière prévus dans le livret d’apprentissage de l’élève.

Le premier rendez-vous est réalisé entre quatre et six mois après la date de délivrance de l’attestation de fin de formation initiale.

Le deuxième rendez-vous doit avoir lieu lorsqu’au moins trois mille kilomètres de conduite accompagnée ont été parcourus.

Un troisième rendez-vous peut être organisé sur les conseils du responsable de l’établissement ou de l’enseignant, à la demande de l’élève ou de l’accompagnateur.

L’enseignant mentionne ses observations concernant les rendez-vous pédagogiques sur la fiche de suivi de formation de l’élève et veille à ce que son livret d’apprentissage soit correctement renseigné.

L’établissement est autorisé à présenter l’élève à l’épreuve pratique de l’examen du permis de conduire à partir de la fin de la phase de conduite accompagnée.

En cas d’échec à l’épreuve pratique du permis de conduire, l’élève peut poursuivre la conduite accompagnée.

Apprentissage en conduite supervisée
CS dès 18 ans

Il est ouvert aux personnes âgées de dix-huit ans minimum. Il s’agit d’un apprentissage fondé sur une acquisition, progressive et étalée dans le temps, des compétences indispensables à une conduite sûre et responsable d’un véhicule de la catégorie B dans des situations de circulation les plus variées possibles.

Cet apprentissage se déroule en deux phases :
― une première phase de formation initiale, dispensée par l’établissement d’enseignement agréé.
― une seconde phase de conduite supervisée.

La première phase de formation initiale
Elle est composée d’une partie théorique et d’une partie pratique qui est organisée en alternance par l’établissement. Elle vise à atteindre les objectifs définis dans le livret d’apprentissage, conformes au programme national de formation à la conduite approuvé par arrêté du ministre chargé des transports.
La partie théorique comprend des séquences portant sur les objectifs et contenus théoriques de la formation, animées par un enseignant de la conduite titulaire d’une autorisation d’enseigner en cours de validité, complétées par des séquences de tests et entraînements à l’épreuve théorique générale du permis de conduire.
La partie pratique comprend un volume minimum de vingt heures de formation, dont au moins quinze heures sur les voies ouvertes à la circulation.
En fin de formation initiale, l’enseignant procède à une évaluation des compétences acquises.

Pour accéder à la phase de conduite accompagnée, l’élève doit :
Avoir réussi l’épreuve théorique générale du permis de conduire ou détenir une catégorie de permis de conduire depuis cinq ans au plus
Avoir réussi l’évaluation de la formation initiale organisée par l’enseignant.
Lorsque ces deux conditions sont remplies, l’établissement d’enseignement délivre à l’élève l’attestation de fin de formation initiale prévue dans le livret d’apprentissage. Un exemplaire de cette attestation est transmis, dès sa délivrance, à la société d’assurances par le souscripteur du contrat de formation
Avoir obtenu l’accord préalable de la société d’assurance.

La phase de conduite supervisée au moins 3 mois
Elle débute par la participation à un rendez-vous préalable d’une durée minimum de deux heures avec au moins un accompagnateur, organisé à la suite de l’évaluation de la formation initiale, sous la forme d’une séquence de conduite sur le véhicule de l’établissement. Au cours de ce rendez-vous, l’accompagnateur assis à l’arrière du véhicule bénéficie des conseils de l’enseignant. Un guide comportant les informations utiles pour un déroulement efficace de la conduite accompagnée est remis à l’accompagnateur.
La phase de conduite supervisée a une durée minimale de 3 mois. L’élève et son ou ses accompagnateurs doivent parcourir une distance minimale de trois mille kilomètres sur le réseau routier et autoroutier du territoire national, à différents moments du jour et de la nuit, et dans diverses conditions météorologiques.
L’accompagnateur, assis à l’avant du véhicule, à côté de l’élève, doit être titulaire de la catégorie B du permis de conduire depuis au moins cinq ans sans interruption à la date de la signature du contrat de formation de l’élève.
Le véhicule utilisé, à boîte de vitesses manuelle ou automatique, peut être attelé d’une remorque dès lors que l’ensemble formé par le véhicule tracteur et la remorque ne relève pas de la catégorie E (B). Un signe distinctif autocollant ou magnétisé conforme doit être apposé à l’arrière gauche du véhicule et sur la remorque, le cas échéant.

Au cours de cette phase d’acquisition d’expérience de la conduite, l’élève doit
Respecter les limitations de vitesse concernant « les jeunes conducteurs »
Participer, au cours des trois premiers mois de la conduite supervisée, à au moins un rendez-vous pédagogique réunissant l’élève et l’enseignant, avec la présence obligatoire d’au moins un accompagnateur de l’élève. Ce rendez-vous pédagogique, d’une durée minimale de trois heures, doit comporter une partie théorique et une partie pratique.
La partie pratique d’un rendez-vous pédagogique est d’une durée d’une heure de conduite en circulation sur le véhicule de l’établissement, l’accompagnateur étant assis à l’arrière du véhicule. Elle a pour but de mesurer les progrès réalisés par l’élève et d’apporter les conseils nécessaires pour poursuivre la conduite accompagnée dans de bonnes conditions.
La partie théorique est d’une durée de deux heures. Elle peut être organisée sous forme d’animation regroupant plusieurs élèves et leurs accompagnateurs. Elle porte sur les expériences vécues pendant la conduite accompagnée et sur les thèmes de sécurité routière prévus dans le livret d’apprentissage de l’élève.
L’enseignant mentionne ses observations concernant le rendez-vous pédagogique sur la fiche de suivi de formation de l’élève et veille à ce que son livret d’apprentissage soit correctement renseigné.
L’établissement est autorisé à présenter l’élève à l’épreuve pratique de l’examen du permis de conduire à partir de la fin de la phase de conduite supervisée.
En cas d’échec à l’épreuve pratique du permis de conduire, l’élève peut poursuivre la conduite supervisée.

Épreuve pratique

Après la réussite du code, le candidat peut se présenter à l’épreuve pratique.
Le jour de l’épreuve, il faut se munir d’une pièce d’identité en cours de validité ou périmée depuis moins de 2 ans.

Compétences évaluées
L’épreuve pratique est notée sur 31 points et vous devez en obtenir au moins 20 sans avoir commis d’erreurs éliminatoires. Cette épreuve permet d’évaluer :
le respect des dispositions du code de la route,
sa connaissance du véhicule et la capacité à déceler les défauts techniques les plus importants,
sa maîtrise des commandes et de la manipulation du véhicule pour ne pas créer de situations dangereuses,
sa capacité à assurer sa propre sécurité et celles des autres usagers sur tout type de route,
sa capacité à percevoir et à anticiper les dangers engendrés par la circulation,
son degré d’autonomie dans la réalisation d’un trajet,
sa capacité à conduire dans le respect de l’environnement et à adopter un comportement courtois et prévenant envers les autres usagers, en particulier les plus vulnérables.

Déroulement de l’épreuve
L’épreuve dure 35 minutes. Elle débute par l’accueil du candidat qui doit présenter un document d’identité. Puis, les documents d’examen et le livret d’apprentissage (en cas d’apprentissage anticipé de la conduite) sont vérifiés.
Le candidat est installé au poste de conduite et l’expert lui présente l’épreuve.
Un test de vue est réalisé.
Le test de conduite, d’une durée minimale de 25 minutes, comporte notamment :
la vérification d’un élément technique en relation avec la sécurité routière, à l’intérieur et à l’extérieur du véhicule,
la réalisation de deux manœuvres différentes, dont une obligatoirement en marche arrière.
Le certificat d’examen du permis de conduire est ensuite établi.

Résultat de l’épreuve pratique
À l’issue de l’épreuve pratique, l’inspecteur ne communique pas oralement le résultat au candidat, mais lui adresse par courrier :
en cas de réussite, un certificat d’examen du permis de conduire portant la mention favorable, qui est valable 2 mois, en attendant la délivrance du permis de conduire définitif, mais ne permet pas de conduire à l’étranger ;
en cas d’échec, un bilan précis de sa prestation.

Délivrance du permis de conduire
Pendant le délai de 2 mois de validité du certificat, il convient de retirer son permis définitif à la préfecture de son lieu de résidence ou à la préfecture du département dans lequel l’examen a été subi (à Paris, à la préfecture de police, bureau des permis de conduire).
Au-delà de ce délai, le certificat n’est plus valable et il n’est plus possible de conduire avec. Il faut donc aller retirer son permis sans tarder.

Repasser vos examens et récupérez votre permis de conduire

En fonction de votre situation vous serez amené à repasser uniquement le code ou le code et la conduite.
Pour que vous n’ayez pas la pratique à repasser, il faut :
Solliciter un nouveau permis dans 9 mois suivant la possibilité de le faire,

Être conducteurs de plus de trois ans, ce qui excluent donc les permis probatoires,

Ne pas avoir fait l’objet de deux invalidations en moins de 5 ans pour perte de points, ou d’une durée d’interdiction suite à annulation judiciaire fixée par un juge supérieure à un an.
Les épreuves et les conditions de présentation aux examens sont les mêmes que lors d’une première obtention. Les candidats ne sont néanmoins pas tenus au 20h de pratique. Reportez-vous aux sections qui vous concernent sur le site.
Si vous étiez titulaire de plusieurs catégories de permis, il faudra le préciser sur votre demande de permis de conduire.

Pièces à fournir
une pièce prouvant votre identité,
une copie du récépissé de décision judiciaire (réf. 7),
4 photos d’identité récentes et conformes aux normes,
si vous êtes français et âgé de moins de 25 ans, la copie du certificat individuel de participation à la journée défense et citoyenneté (JDC ou JAPD) ou de l’attestation provisoire en instance de convocation ou de l’attestation d’exemption,
si vous êtes étranger, une preuve de votre présence en France depuis au moins 6 mois (par exemple : feuille de paie, quittance de loyer…).

Contrôle médical consécutif à une infraction
Principe
En cas d’invalidation pour perte totale de points, d’annulation ou de suspension du permis pour une infraction au code de la route, le contrevenant ne peut récupérer son permis de conduire que s’il se soumet à un contrôle médical.
Selon la nature de l’infraction, le conducteur devra s’adresser à un médecin de ville agréé par le préfet ou à la commission médicale départementale.

Cas d’un médecin agrée
Les conducteurs ayant fait l’objet d’une annulation ou d’une suspension de leurs droits de conduire supérieure à 1 mois pour des infractions autres que celles imputables à la consommation d’alcool ou de stupéfiants doivent s’adresser à un médecin agrée.

Cas de la commission médicale départementale
Si une infraction au code de la route imputable à la consommation d’alcool ou de stupéfiants a été commise, le conducteur doit solliciter en préfecture un rendez-vous auprès de la commission médicale départementale.
Le contrôle médical et la validité du permis accordé dépendront aussi de l’infraction commise.

Comment se déroule l’examen médical ?
Pour se présenter à cet examen, les conducteurs doivent se munir leur demande de permis de conduire fourni par l’auto-école.

Cet examen se déroule de la façon suivante :
la commission médicale départementale (qui se compose de 2 médecins généralistes) ou le médecin agréé s’assure que le conducteur n’est atteint d’aucune affection incompatible avec la délivrance du permis de conduire
la commission ou le médecin s’assure en outre que l’usager est capable de mobiliser des informations pour répondre à une situation de conduite et teste ses facultés sensorielles
en cas de résultat favorable, l’intéressé doit effectuer un examen dans un centre de sélection psychotechnique agréée par la préfecture.
Dans le centre, après un entretien avec un psychologue, le conducteur doit effectuer un certain nombre de tests (de vigilance, d’attention, de mesure des réflexes ou de stabilité des mains). Ces tests peuvent aussi répondre à des prescriptions particulières des médecins. La durée du test est d’une heure environ et le coût moyen de 120 € environ.
Si le résultat de cet examen est favorable, la commission ou le médecin délivre l’avis médical qui permet au conducteur de récupérer son permis de conduire auprès de la préfecture ou de le repasser.
Cet avis médical a une validité de 2 ans.
Toutefois, cet avis ne lie pas le préfet qui peut, sur la base d’informations dont il dispose sur le conducteur, prendre toute décision motivée par des enjeux de sécurité routière.

Recours
Lorsque le préfet rend, à la suite de l’avis médical, une décision d’inaptitude ou d’aptitude temporaire ou avec restrictions, le conducteur peut saisir la commission médical d’appel.
Cet appel n’empêche pas la décision du préfet d’être applicable.
Après avoir examiné la personne, la commission d’appel transmet son avis au préfet.
Si l’avis médical négatif est maintenu et que le préfet rend la même décision, le conducteur peut faire un recours devant le juge administratif.

Formation moto

La formation se passe avec l’auto-école en application du référentiel pour l’éducation à une mobilité citoyenne. Le programme spécifique dépend de l’accès aux 2 roues que vous choisissez.
Il peut se faire :
Par une formation suivie d’un examen pour les permis A, A2 et A1
Par une formation suivie de la délivrance d’une attestation par l’auto-école pour la transformation du permis A2 en permis A, pour le BSR et pour conduite des motocyclettes légères et des véhicules L5e par équivalence du permis B

Quel véhicule m’intéresse
Comment y accéder ?

Cat. Âge minimal Véhicules pouvant être conduits
A avoir le permis A2 depuis 2 ans et avoir suivi une formation de 7h Toutes les motos, avec ou sans side-car, et tous

les tricycles quelle que soit leur puissance

A2 18 ans Motos n’excédant pas 35 kw et tricycles à moteur

n’excédant pas 15 kw

A1 16 ans Motocyclettes légères (125 cm3 ou 11 kw maximum) et tricycles à moteur n’excédant pas 15 kw
AM 14 ans Cyclomoteur (- 50 cm3 ou 4 Kw)
B 20 ans et 2 ans de permis B et avoir

suivi une formation de 7h

Motocyclettes légères (125 cm3 ou 11 kw maximum) et tricycles à moteur n’excédant pas 15 kw
B 20 ans et 2 ans de permis B et avoir

suivi une formation de 7h

Motocyclettes légères et tricycles à moteur relevant

de la catégorie L5e

Permis de conduire de la catégorie
A, A2 et A1

Pièces à fournir

  • une pièce prouvant votre identité,
  • une copie de votre permis si vous en possédez un,
  • 4 photos d’identité récentes et conformes aux normes,
    si vous êtes français et âgé de moins de 25 ans, la copie du certificat individuel de participation à la journée défense et citoyenneté (JDC ou JAPD) ou de l’attestation provisoire en instance de convocation ou de l’attestation d’exemption,
    si vous êtes étranger, une preuve de votre présence en France depuis au moins 6 mois (par exemple : feuille de paie, quittance de loyer…).

Épreuve théorique (code)
Vous devez d’abord passer avec succès l’épreuve théorique générale, le code, c’est-à-dire trouver la bonne réponse à au moins 35 questions sur 40.
Si vous êtes titulaire d’une autre catégorie de permis obtenue depuis moins de 5 ans, vous en êtes dispensé.
Le bénéfice de l’admissibilité de l’épreuve théorique reste acquis si vous changez de filière de formation ou de catégorie du permis de conduire.

Épreuve pratique
Après réussite, vous passez l’examen pratique qui comprend une épreuve hors circulation (HC) et une épreuve en circulation (CIR).
L’inspecteur commence à chaque fois par vérifier votre identité.

Équipements obligatoires

  • Pour passer l’épreuve pratique (HC et CIR), vous devez vous munir :
  • d’un casque de type homologué,
  • de gants adaptés à la pratique de la moto,
  • d’un blouson ou d’une veste à manches longues,
  • d’un pantalon ou d’une combinaison,
  • de bottes ou de chaussures montantes.

Épreuve hors circulation
L’épreuve hors circulation dure 15 minutes. Elle doit permettre de s’assurer que vous avez une maîtrise suffisante de votre machine pour rouler en sécurité et que votre niveau de connaissances en matière de circulation en sécurité est suffisant.
Il s’agit de contrôler le niveau de connaissances et de savoir-faire relatifs à la catégorie A, notamment le sens de l’équilibre avec ou sans passager, l’emploi des commandes, l’acquisition des techniques de freinage et d’évitement…
Vous devez avoir satisfait à l’épreuve hors circulation pour passer l’épreuve en circulation.
Vous conservez le bénéfice de cette épreuve HC pendant 3 ans à compter de la date de réussite, sous réserve de la validité de l’épreuve théorique.

Épreuve en circulation
L’épreuve en circulation dure 30 minutes.
Elle se déroule sur des itinéraires variés en utilisant la procédure du véhicule suiveur avec liaison radio permanente entre l’examinateur et le candidat.
Elle permet de vérifier que :
vous respectez le code de la route,
vous pouvez circuler en sécurité pour vous-même et pour les autres usagers des voies publiques,
vous maîtrisez les commandes et la manipulation de votre véhicule,
vous êtes suffisamment autonome dans la réalisation du trajet.

Programme de formation à la conduite des motocyclettes

20h de formation minimum dont 8h sur plateau et 12h en circulation sauf si l’élève détient déjà un permis A1
Etape 1 :
Maîtriser la moto a allure lente, hors circulation
Phénomène moto : connaissances
Connaître les principaux organes de la moto, les principales commandes et le tableau de bord
Maîtriser le poids de la moto (sans l’aide du moteur)
Se positionner sur la machine
Démarrer et s’arrêter
Tenir en équilibre, être stable et guider la moto
Utiliser la première et la deuxième vitesse
Ralentir et freiner à faible allure.
Etape de synthèse 1

Etape 2 :
Maîtriser la moto a allure normale, hors circulation
Monter et rétrograder les vitesses
Freiner à allure normale.
Incliner pour virer ou tourner
Etre stable avec un passager
Maîtriser la moto en situation d’urgence
Etape de synthèse 2

Etape 3 :
Choisir la position sur la chaussée, franchir une intersection ou y changer de direction
Connaitre les principales règles de circulation ainsi que la signalisation
Tenir compte de la signalisation verticale et horizontale
Rechercher les indices utiles
Utiliser toutes les commandes
Adapter sa vitesse aux situations
Choisir sa voie de circulation
Maintenir les distances de sécurité
Franchir les différents types d’intersection et y changer de direction
Etape de synthèse 3

Etape 4 :
Circuler dans des conditions normales sur route et en agglomération
Evaluer les distances et les vitesses
Evaluer les distances d’arrêt
Tenir compte du gabarit de la voiture
S’arrêter, stationner
Croiser, dépasser, être dépassé
Passer un virage
Savoir se comporter à l’égard des diverses catégories d’usagers
Suivre un itinéraire
Avoir des notions sur les effets de l’alcool
Etape de synthèse 4

Étapes 5 :
Connaitre les situations présentant des difficultés particulières
S’insérer dans une circulation rapide
Conduire en agglo, dans une circulation dense
Conduire dans une file de véhicule
Adapter la conduite dans des conditions où la visibilité est réduite, notamment la nuit
Adapter sa conduite à des conditions où l’adhérence est réduite
Avoir des notions sur la conduite en montagne
Avoir des notions sur les effets de la fatigue
Avoir des notions le comportement en cas d’accident
Avoir des notions concernant l’entretien et le dépannage de la voiture
Avoir des notions concernant les situations d’urgence
Etape de synthèse 5

Formation pour l’obtention de la catégorie A du permis de conduire par les titulaires de la catégorie A2 depuis au moins deux ans

La formation peut être suivie dans un délai de trois mois avant la date anniversaire des deux ans d’obtention de la catégorie A2 du permis de conduire. La formation prévue est d’une durée de sept heures, quel que soit le nombre d’élèves.
Cette formation est composée d’une séquence théorique et de deux séquences pratiques, dont l’une réalisée hors circulation et l’autre en circulation. La séquence en circulation comprend, le cas échéant, des phases d’écoute pédagogique.
A l’issue de la formation, le titulaire de l’agrément délivre une attestation de suivi
Le suivi de la formation ne donne le droit de conduire les véhicules de la catégorie A que lorsque l’élève est en possession du titre de conduite correspondant.

Programme de formation
Elle s’inscrit dans une démarche « post permis » et a notamment pour objectifs d’amener à la compréhension d’apports théoriques essentiels et/ou spécifiques, à la pratique sécuritaire de la conduite d’une motocyclette d’une puissance supérieure à 35 kW
De comprendre l’utilité de maîtriser les savoir-faire et techniques simples mais indispensables à la pratique sécuritaire de la conduite d’une motocyclette d’une puissance supérieure à 35 kW
De travailler, notamment sur le processus détection-analyse-décision et action, dans le cadre d’un audit de conduite.

Séquence 1. Théorie (durée : 2 heures)
Présentation. Explications et échanges sur les thèmes suivants : accidentalité, détectabilité, vitesse, conduite et produits psychoactifs.

Présentation : l'(es) élève(s) est (sont) amené(s) à s’exprimer sur leurs pratiques et expériences de la conduite moto, sous forme d’un tour de table en cas de formation collective, à partir des éléments suivants : type de permis détenu(s) et année(s) d’obtention, nombre de kilomètres parcourus par an, type de motocyclette(s) utilisée(s), perception des dangers de la route, attentes à l’égard du stage…

Accidentalité, vitesse, détectabilité
Présentation, par l’enseignant, des statistiques globales de l’accidentalité routière et de celles spécifiques à la conduite des motocyclettes.
Sensibilisation aux risques spécifiques à la conduite des motocyclettes et aux quatre principaux cas d’accidents impliquant les motocyclettes.

Explication et échanges sur les comportements par rapport au phénomène vitesse
Vitesse et perception visuelle
Vitesse et trajectoire : regard, freinage, maintien de l’allure et accélération
Vitesse et conséquences sur l’équilibre, la force centrifuge, le freinage, l’adhérence.

Explication et échanges sur les raisons du caractère indispensable du port des équipements de protection pour la sécurité et sur les conséquences, pour l’intégrité physique du motard, de l’absence d’équipement ou d’un équipement inadapté en cas d’accident et/ou de chute.
Statistiques : lien entre produits psychoactifs (notamment alcool, drogues et médicaments) et accidentalité routière. Explications et échanges sur les effets psychologiques et physiologiques des produits psychoactifs dans le cadre de la conduite.
Les sanctions.

Séquence 2. Maniabilité hors circulation (durée : 2 heures)
Durant cette séquence, chaque élève dispose d’une motocyclette. L’objectif de cette séquence n’est pas de reproduire les exercices exigés lors de la formation en vue de l’obtention du permis de conduire de la catégorie A2.
Il s’agit de s’adapter à un nouveau véhicule (puissance accrue, poids, réactions modifiées à l’accélération et au freinage…) et surtout de démontrer la nécessité d’anticiper et d’adapter son comportement pour éviter la gestion de situations dangereuses. La réalisation des exercices est laissée au choix du formateur, à partir des thématiques listées ci-dessous ; ces exercices peuvent être réalisés avec un passager.

Explications et travail sur les situations de changements de direction à droite et à gauche :
Mouvements et positionnements du regard
Mouvements et positionnements de la tête et du corps
Comprendre l’utilité du slalom au regard de la réalité des situations rencontrées en circulation et réalisation d’exercices.

Explications et travail sur le freinage :
Utilisation du frein avant et du frein arrière, de façon dissociée
Utilisation du frein avant et du frein arrière, de façon concomitante
Explications sur le transfert des masses
Comment s’arrêter et repartir en courbe.

Explications et travail sur les techniques d’inclinaison
Réalisation d’exercices sur l’inclinaison de la machine : travail du guidon, des pieds et des genoux.

Séquence 3. Circulation et clôture de la formation (durée : 3 heures)
Durant cette séquence une seule motocyclette est utilisée même en cas de groupe. L’objectif de cette séquence est de réaliser un audit de la conduite du ou des élèves, principalement axé sur la perception, l’analyse, la prise de décision et l’action. Chaque élève effectue 30 minutes au minimum de conduite, à l’issue desquelles 10 minutes sont consacrées au bilan de sa prestation. Ce bilan comprend :
Le ressenti de l’élève sur sa prestation
Dans le cas d’une formation collective, un échange avec les autres élèves sur ce qu’ils ont perçu de la prestation
Un bilan de cette prestation, réalisé par l’enseignant de la conduite, selon toute méthode à sa convenance, accompagné d’explications et de conseils en lien avec la conduite de motocyclettes d’une puissance supérieure à 35 kW
Clôture de la formation (20 minutes), échanges et bilan de la journée de formation sous forme d’un tour de table en cas de formation collective.

Conduite des motocyclettes légères et des véhicules de la catégorie L5e par les titulaires de la catégorie B du permis de conduire
La formation d’une durée de sept heures peut être suivie dans un délai d’un mois avant la date anniversaire des deux ans d’obtention de la catégorie B du permis de conduire.
A l’issue de la formation, le titulaire de l’auto-école délivre au conducteur bénéficiaire de la formation un exemplaire de l’attestation.
En cas d’invalidation ou d’annulation du permis de conduire, la formation suivie reste acquise.
En cas de contrôle routier par les forces de l’ordre, le conducteur doit présenter le permis de conduire en cours de validité et l’attestation de formation fourni par l’auto-école à la suite de la formation.

Programme de formation

Pour chacun des thèmes suivants, le formateur insistera sur l’importance
Du respect de la règle
De la prise d’information et de la communication
De la prise de conscience des risques
De l’influence des pressions extérieures sur le comportement (environnement social…)
Du partage de la route avec les autres usagers (notamment avec les usagers vulnérables)
Du respect des autres usagers et d’une attitude courtoise au guidon
D’une conduite économique et respectueuse de l’environnement.

Module théorique (deux heures)
L’objectif de cette phase formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e :
Analyser les accidents les plus caractéristiques impliquant ces types de véhicules
Appréhender les situations délicates d’utilisation de ces véhicules
Conduire sous la pluie
Circulé de nuit
Anticiper et détecter les dangers
De savoir se rendre détectable
Etre sensibilisé à l’importance de s’équiper de vêtements protecteurs (casque à la bonne taille et attaché, gants, pantalon, blouson avec dorsale, chaussures montantes)
Etre conscient du rôle de l’infrastructure routière sur les accidents des deux-roues et trois-roues
Connaître les risques concernant l’adhérence : gasoil, peintures et plaques métalliques au sol, ralentisseurs, gravillons…
Connaître les conséquences physiques et physiologiques des chocs sur les équipements de la route, même à basse vitesse.

Module hors circulation (deux heures)
L’objectif de cette phase de formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e de :
Découvrir le véhicule et effectuer les vérifications indispensables (huile, pression et usure des pneumatiques, poignée de gaz, système de freinage) ;
Démarrer et s’arrêter :
Position de conduite ;
Équilibre et répartition du poids du corps ;
Monter et rétrograder les vitesses (le cas échéant) ;
Savoir freiner à allure faible (répartition du freinage entre l’avant et l’arrière) ;
Appréhender les manœuvres de freinage et d’évitement ;
Tourner, en inclinant le véhicule (le cas échéant) ― importance du regard ;
Tenir l’équilibre à allure lente et normale en fonction des caractéristiques du véhicule :
Avec et sans passager ;
En ligne droite et en virage.

Module en circulation (trois heures)
Cette partie en circulation se fera en et hors agglomération.
L’objectif de cette phase de formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e de :
Rechercher les indices utiles
Adapter sa vitesse aux situations
Respecter les distances de sécurité latérales et longitudinales
Choisir la voie de circulation
Se placer sur la chaussée en fonction des autres véhicules, connaître et prendre en compte les spécificités des véhicules lourds (angles morts)
Franchir les différents types d’intersections et y changer de direction
Dépasser en sécurité (phénomène d’aspiration, accélération d’une motocyclette et d’un véhicule de la catégorie L5e)
Négocier un virage.
Brevet de sécurité routière (BSR)

AM dès 14 ans

Le brevet de sécurité routière (BSR) correspond à la catégorie AM du permis de conduire. Il s’obtient à la suite d’une formation théorique et d’une formation pratique comportant une phase d’enseignement hors circulation, une phase de conduite sur les voies ouvertes à la circulation et une phase de sensibilisation aux risques.
À savoir : cette catégorie de permis n’entre pas dans le régime du permis à points.

Pièces à fournir
une pièce prouvant l’identité du candidat, les étrangers doivent posséder un titre de séjour en cours de validité et apporter la preuve qu’ils sont en France depuis au moins 6 mois,
2 photos d’identité récentes et conformes aux normes,
l’attestation de l’ASSR (ou de l’ASR),
si le candidat est français et âgé de 16 à 18 ans non révolus, la copie de l’attestation de recensement ou du certificat de participation à la journée défense et citoyenneté (JDC) ou de l’attestation individuelle d’exemption,
si le candidat est français et âgé de 18 ans révolus à 25 ans non révolus, la copie du certificat individuel de participation à la JDC ou JAPD ou de l’attestation provisoire « en instance de convocation » ou de l’attestation d’exemption.

Formation pratique en auto-école
La formation pratique de 7h est assurée par les écoles de conduite. Elle est constituée d’une phase d’enseignement hors circulation de 2 heures, d’une phase de conduite sur les voies ouvertes à la circulation publique de 4 heures et d’une phase de sensibilisation aux risques d’une heure.
À l’issue de la formation, l’école de conduite délivre une attestation de suivi, option cyclomoteur ou option quadricycle léger à moteur.
Attention : la seule attestation de suivi de la formation n’autorise pas à conduire. Seule la délivrance de la catégorie AM du permis de conduire donne à l’usager le droit de conduire.

PROGRAMME DE FORMATION DU BREVET DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE
OPTION « CYCLOMOTEUR » ET OPTION « QUADRICYCLE LÉGER À MOTEUR »

L’enseignant de la conduite et de la sécurité routière adapte les contenus de la formation à l’option choisie par l’élève : cyclomoteur ou quadricycle léger à moteur. Cette formation s’organise autour des trois types d’enseignement suivants.

Formation pratique hors circulation
Formation pratique en circulation
Sensibilisation aux risques.

Séquence 1 : formation pratique hors circulation
(durée : 2 heures)

Elle doit permettre l’acquisition des connaissances et compétences suivantes
Les équipements indispensables à la conduite d’un cyclomoteur et leurs rôles
La connaissance des principaux organes du véhicule (cyclomoteur ou quadricycle).
Savoir effectuer les contrôles indispensables du véhicule pour l’entretien et le maintien de la sécurité
La maîtrise technique du véhicule hors circulation

Séquences 2 et 4 : formation pratique en circulation
(durée : 4 heures de conduite effective par élève)

Pour chacune des compétences à développer, le formateur insistera sur l’importance
De l’utilité et du respect de la règle
De la prise d’information, de la communication et du partage de la route avec les autres usagers
Des facteurs et de la prise de conscience des risques.

Le module en circulation doit permettre l’acquisition des connaissances et compétences suivantes
Démarrer le cyclomoteur ou le quadricycle léger à moteur qu’il soit déjà ou non dans la circulation
S’insérer en sécurité dans la circulation
Prendre en compte la vitesse des autres véhicules et s’assurer d’être bien vu.
Ralentir et immobiliser le cyclomoteur ou le quadricycle léger à moteur qu’il soit déjà ou non dans la circulation ou pour la quitter
Freinage et, pour le cyclomoteur, maintien de la stabilité
Arrêt et départ en circulation (feux, stop…)
Ralentir pour quitter la circulation et s’arrêter.
Rechercher les indices utiles : signalisation, clignotants, trajectoire, regard des autres usagers.
Adapter l’allure en fonction de ses capacités, des possibilités du véhicule, de la signalisation, de la réglementation et des situations rencontrées (autres usagers, configuration des lieux, visibilité…).
Apprécier et maintenir les distances de sécurité latérales et longitudinales en toutes circonstances.
Négocier un virage.

Choisir la position sur la chaussée
En ligne droite, virage, en situation de croisement ou de dépassement
En tenant compte de la signalisation verticale et horizontale (marquages au sol, voies réservées…)
En intégrant les particularités des autres véhicules, notamment les véhicules lourds (gabarit, angles morts…).

Franchir les différents types d’intersections
Détecter et identifier le type d’intersection
Evaluer la visibilité
Adapter sa vitesse
Respecter les règles relatives aux ordres de passage
S’arrêter, le cas échéant, et repartir
Dégager une intersection.

Changer de direction
Avertir de son intention
Se placer
Tenir compte des particularités des autres véhicules, notamment les véhicules lourds (gabarit, angles morts…)
Adapter sa vitesse
Respecter les règles de priorité
Dégager l’intersection.

Séquence 3 : sensibilisation aux risques
(durée : 1 heure)

Afin d’être pleinement bénéfique aux élèves, cette séquence est organisée entre les séquences 2 et 4.

Sont abordés les thèmes suivants
Sensibilisation aux risques spécifiques à la conduite des cyclomoteurs et quadricycles légers à moteur et aux cas d’accidents les plus caractéristiques impliquant ces véhicules
La vitesse et ses conséquences (équilibre, adhérence, force centrifuge, freinage)
Echanges sur les comportements par rapport au phénomène vitesse
Echanges sur les situations vécues en première partie de conduite en circulation.

Exemple de forfait modulable code seul
valable 6 mois

230 €
Frais d’inscription
Accès salle de code 6 mois

Exemple de forfait modulable conduite seule
valable 6 mois

782,50 €
Frais d’inscription
20h de formation pratique
1 accompagnement à l’examen de conduite

Exemple de forfait modulable code et conduite
valable 1 an

910 €
Frais d’inscription
Accès salle de code 6 mois
20h de formation pratique
1 accompagnement à l’examen de conduite

Exemple de forfait modulable code et conduite
en conduite supervisée

947 €
Frais d’inscription
Accès salle de code 6 mois
20h de formation pratique
1h de rendez-vous pédagogique
1 accompagnement à l’examen de conduite

Exemple de forfait modulable code et conduite
en conduite accompagnée

1068 €
Frais d’inscription
Accès salle de code 6 mois
20h de formation pratique
2h de rendez-vous préalable
6h de rendez-vous pédagogique
1 accompagnement à l’examen de conduite

Permis à 1 euro par jour

Bénéficiaires
Cette aide s’adresse aux jeunes âgés de 16 ans au moins et de 25 ans au plus, à la date de signature du contrat concerné.
Nature de l’aide
Elle se présente sous la forme d’un prêt à taux zéro souscrit auprès d’un établissement de crédit permettant au bénéficiaire de payer cette formation.
Une compensation financière de l’État est versée aux établissements de crédit qui octroient ce prêt.
Ce prêt ne peut être attribué :
qu’une seule fois à un même bénéficiaire,
qu’à une personne n’ayant jamais été titulaire de la catégorie a ou B du permis de conduire.

Conditions
L’attribution de l’aide est subordonnée au respect des conditions suivantes :
l’établissement prêteur doit avoir passé avec l’État une convention (pour respecter les modalités de gestion de la compensation et les conditions d’octroi des prêts),
le montant du prêt est versé par l’établissement de crédit pour le compte du bénéficiaire :
o soit directement sur le compte bancaire ou postal de l’établissement d’enseignement de la conduite,
o soit sur le compte bancaire ou postal du souscripteur du prêt (la somme devant servir à régler la formation auprès de l’établissement d’enseignement de la conduite).
le montant du prêt doit être égal à 800 €, 1000 € ou 1200 € sans excéder le montant inscrit dans le contrat de formation ou à 600 € dans le cas d’obtention d’une aide complémentaire directe de l’État ou d’une collectivité locale,
le remboursement du prêt est constitué du remboursement du capital sur la base de mensualités qui ne peuvent excéder 30 €,
l’établissement de crédit apprécie sous sa propre responsabilité la solvabilité et les garanties de remboursement et peut demander une caution ou la participation d’un parent comme co-emprunteurs.
Déroulement des étapes
Il faut choisir une école de conduite partenaire de l’opération (un logo est visible sur la vitrine de celles qui y participent et la liste peut être consultée sur le site des directions départementales des territoires). Après avoir déterminé le nombre d’heures prévisionnel nécessaire pour une bonne préparation, les enseignants établissent un devis pour la formation au permis de conduire. Le candidat signe alors un contrat de formation avec l’école de conduite.
Il faut se rendre dans une banque, un établissement de crédit ou un organisme associé (assurance, etc.) également partenaire, pour l’examen du dossier. L’acceptation du dossier dépend de l’établissement financier qui peut exiger des garanties et notamment demander au candidat un justificatif de revenus. Si ces derniers sont jugés insuffisants, l’établissement financier peut exiger une personne caution ou un co-emprunteur. Pour les mineurs, dans le cadre de la formation à la conduite accompagnée, ce sont les parents qui doivent emprunter.
Une fois accordé, et après le délai habituel de rétractation, le montant du prêt est versé à l’école de conduite.
Formation collective
1 moto par élève
3 élèves maximum

Nous vous proposons 5 formules en fonction de votre pratique et de votre expérience de la conduite. La formule la plus adaptée sera confirmée après votre évaluation préalable.

Chaque formule comprend :

ü Les frais d’inscription
ü Le livret d’interrogation orale
ü Un nombre d’heures de formation défini
ü 1 accompagnement à l’épreuve plateau
ü 1 accompagnement à l’épreuve circulation

Tarif N1 : 445 euros (5h plateau et 10h circulation)

N1 : vous avez le permis 125cm3 que vous avez acquis par examen et vous utilisez votre véhicule très régulièrement ou quotidiennement

Tarif N2 : 550 euros (8h plateau et 12h circulation)

N2 : Vous pratiquez la moto de grosse cylindrée très régulièrement voire quotidiennement et vous avez la maitrise totale du véhicule

Tarif N3 : 695 euros (16h plateau et 12h circulation)

N3 : Vous conduisez régulièrement un deux roues léger et vous n’avez pas d’appréhension face au gros cube

Tarif N4 : 845 euros (24h plateau et 12h circulation)

N4 : Vous avez déjà fait du 2 roues léger mais votre pratique est occasionnelle

Tarif N5 : 990 euros (32h plateau et 12h circulation)

N5 : vous n’avez jamais conduit ou très peu pratiqué le 2 roues

Equivalence permis B et transformation A2 en A

Formation collective

Forfait 7h de formation
En groupe
150 €
Frais d’inscription
7h de formation
Formation individuelle
Forfait 7h de formation
En solo
280 €
Frais d’inscription
7h de formation

BSR ou AM
Formation collective
Forfait 7h de formation
En groupe
150 €
Frais d’inscription
7h de formation
Formation individuelle
Forfait 7h de formation
En solo
280 €
Frais d’inscription
7h de formation

Dépanneuse Paris